Retour sur le stage avec Robert PATUREL (ancien membre du RAID*)

* Unité d’élite de la Police Nationale

Quotidien : La Montagne

Un physique à la Bébel, une gouaille de même, et une vie avec autant de tiroirs que celle de l’acteur. Robert Paturel, 64 ans, bon pied bon œil, est persuadé que pour « éviter la guerre, vaut mieux en connaître tous ses aspects ».

«L’esprit chevaleresque ! » Quand on demande à cet ancien du RAID (policier d’abord puis formateur) de raconter le fil rouge qui a accompagné sa vie professionnelle et celle de sportif de haut niveau, il précise : « L’action, plutôt que le laisser faire. La recherche de la justice. Le secours aux plus faibles. » Robin des Bois et quelques autres preux chevaliers se reconnaîtraient volontiers dans le propos. Et pour ce faire, il est avant tout un pédago toujours à la recherche du message le plus judicieux.

« Le stress est synonyme de lucidité » Comme avec les méthodes qu’il a mises au point sur le combat de rue ou l’utilisation du « tonfa » (matraque munie d’une poignée perpendiculaire d’origine japonaise), arme qu’il a intégrée dans la panoplie des forces de l’ordre lorsqu’il était instructeur dans l’unité spéciale du RAID. « Au départ, je suis boxeur de formation mais j’ai aussi pratiqué nombre de disciplines d’arts martiaux. Je me suis efforcé d’en tirer des techniques simplifiées et efficaces, plus faciles à maîtriser pour le commun des pratiquants. » Ainsi, un objet usuel, un vêtement de tous les jours peut devenir arme ou bouclier.

« Je suis policier avant tout et j’ai voulu d’abord monter au front. C’est par cet engagement que j’ai eu plein de retours d’expérience, et notamment sur la gestion du stress. Garder son sang-froid est primordial. »

Ce stress que tout un chacun peut juger paralysant, lui veut en faire une force positive. « Demandez à un champion s’il ne se sert pas de cette tension pour se sublimer. Il doit en être de même pour une personne agressée. Dans ce domaine, les femmes sont d’ailleurs beaucoup plus calmes et, dès lors, plus réactives que les messieurs. »

Interpellé sur une phrase tirée d’un de ses livres : « Un homme doit être juste, généreux, courageux, valeureux et surtout humble », le très posé et explosif sexagénaire, répond : « C’est là une quête vers laquelle il faut tendre, un cheval de bataille. À chacun son rythme et selon son engagement. Mais sans tricher. »

Il évolue aussi derrière les caméras Oui mais quand même, apprendre aux jeunes à se défendre, n’est ce pas les inciter quelque part à se battre ? « Au contraire, c’est leur amener de la sérénité dans la tête. Et puis on se défoule largement sur le tatami. »

Son physique de puncheur et son charisme l’ont amené à évoluer devant les caméras comme acteur – sur Raid dingue avec Dany Boon – ou comme conseiller dans des cascades. Il est fier d’avoir, il y a peu, conversé avec Jean-Paul Belmondo. « Un super mec, humble comme j’apprécie.

Alors, pourquoi pas une vraie carrière sur la toile ? « Je préfère le dojo aux plateaux. Et puis je voyage beaucoup et loin (Chine dernièrement) pour mes interventions ».

Michel CHALIER (La Montagne)

   

France 3 Auvergne

Le constat est là … les agressions dans la rue se multiplient. Quels sont les gestes de base pour vous défendre ? Comment contrer votre agresseur ?

La section de Krav Maga d’Issoire a organisé un stage avec comme instructeur Robert Paturel le créateur de la méthode “boxe de rue”. Il a été six fois champion de France et champion d’Europe de boxe française. Il a également exercé son métier de policier au sein du Raid et du GIPN et a été instructeur pendant vingt ans.

“Le stress, la peur font partie de la vie de tous les jours. Certaines personnes me disent face à certaines situations, je ne peux plus bouger. Il faut se ressaisir et passer à l’action si le danger est imminent. Soit on se défend, soit on fuit. Etre capable de fuir, c’est bien, au moins on bouge. Mais la fuite doit être réfléchie. Où je vais ? Comment je cours ? Je cours comment ? Il ne faut pas paniquer” explique Robert Paturel.

La boxe de rue, c’est quoi ?

La boxe de rue est un sport de combat. C’est un système d’autodéfense ou tous les coups sont permis. Il n’y a  pas de règles. Il faut réagir rapidement pour mettre l’agresseur hors de combat en quelques secondes.

Fort de son expérience, Robert Paturel a montré aus stagiaires les rudiments de la boxe de rue. Il a également partagé avec les adeptes une vision réaliste de la self défense.

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *